Home » Étudiants de cycles supérieurs

Étudiants de cycles supérieurs

Étudiants actuels (voir les anciens ou les stagiaires)


Malek KALBOUSSI

Pour son projet de maîtrise, Malek se penche sur le développement de méthodes d’acquisition de barcodes d’ADN de centaines d’individus d’insectes à la fois.  En particulier, le séquençage d’ADN dite de nouvelle génération permet le mélange d’échantillons en forme liquide et ensuite le dé-multiplex des séquences à l’ordinateur (in silico). Cette technique sera utile pour quantifier et comparer la diversité d’insectes dans des différents milieux.

Nos diplômés


Élisée Emmanuel DABRÉ

Les champignons mycorhizes arbusculaires (MA) et les bactéries rhizobium forment des symbiose avec près de 80% des plantes actuelles dans un partenariat gagnant-gagnant. Les deux sont utilisés comme inoculants dans des systèmes agricoles du fait de leurs effets sur la croissance et la nutrition de la plante. Ainsi, en modifiant la physiologie et la chimie des plantes, ces micro-organismes peuvent indirectement influencer les niveaux trophiques supérieurs, notamment les insectes phytophages et leurs ennemis naturels (parasitoïdes et prédateurs). Du fait de ce rôle, le projet de doctorat d’Élisée a eu pour but de mesurer les effets des micro-organismes associés aux racines du soja sur les populations d’insectes herbivores, leurs ennemis naturels, et l’ensemble de la communauté d’insectes. Pour cela, il a fait un inventaire d’insectes dans des champs de soja inoculé avec des micro-organismes; ii) il a évalué les effets des micro-organismes symbiotiques sur le puceron du soja, Aphis glycines Matsumura et iii) il a évalué l’impact de ces mêmes micro-organismes sur un prédateurs et un parasitoïde du pucerons du soja.

  • Dabré ÉE, Lee SJ, Hijri M, Favret C. 2021. The effects of mycorrhizal colonization on phytophagous insects and their natural enemies in soybean fields. PLoS ONE, 16(9)(e0257712): 15 pp. DOI: 10.1371/journal.pone.0257712
  • Dabré ÉE, Hijri M, Favret C. 2022. Influence on soybean aphid by the tripartite interaction between soybean, a rhizobium bacterium, and an arbuscular mycorrhizal fungus. Microorganisms, 10(6): 1196. DOI: 10.3390/microorganisms10061196
  • Dabré ÉE, Brodeur J, Hijri M, Favret C. 2022. The effects of an arbuscular mycorrhizal fungus and rhizobium symbioses on soybean aphid mostly fail to propagate to the third trophic level. Microorganisms, 10(6): 1158. DOI: 10.3390/microorganisms10061158


Adwa ABDOU ALI

La culture du palmier dattier est devenu à Djibouti une priorité nationale dans le secteur agricole. Cependant, le développement des palmeraies s’est heurté à différents types de contraintes d’ordre abiotique et biotique avec notamment une prolifération des insectes phytophages et des acariens très dommageables. Le projet de maîtrise d’Adwa s’est donné pour objectif principal de connaître la diversité de l’entomofaune du dattier. Elle a trouvé que les palmeraies modernes et monoculturales abritent plus d’insectes potentiellement néfastes spécialistes du dattier, mais que les palmeraies traditionnelles et polyculturales abritent une plus grande abondance de potentiels ravageurs généralistes. Elle a aussi étudié le diversité des insectes bénéfiques dans les deux types de vergers. Là, les résultats étaient plus nuancés, mais elle a tout de même trouvé que les communautés d’Hyménoptères des palmeraies monoculturales étaient plus homogènes entre elles, que celles des palmeraies traditionnelles. Le mémoire d’Adwa est disponible sur Papyrus.


Thomas THÉRY

La thèse de Thomas décrit l’évolution et la spéciation d’Essigella, un genre appartenant à la famille des Aphididae (pucerons) trouvé sur des conifères, particulièrement les pins. Toutes les espèces se trouvent uniquement en Amérique du nord sauf une, Essigella californica (Essig), qui cause maintenant des ravages dans des plantations à l’étranger. Parmi d’autres, Thomas a utilisé des données de séquences d’ADN mitochondrial et nucléaire, de même que celle de sa bactérie symbiote obligatoire, Buchnera aphidicola (Wikipédia). Il a fini en 2018 avec trois beaux articles. Au long de son parcours, Thomas s’et distinguer de différentes façons, par exemple en gagnant le Prix du Recteur pour son excellence en enseignement. Sa thèse est disponible sur Papyrus.

  • Théry T, Kanturski M, Favret C. 2018. Molecular data and species diagnosis in Essigella Del Guercio, 1909 (Sternorrhyncha, Aphididae, Lachninae). ZooKeys, 765: 103-122. DOI: 10.3897/zookeys.765.24144
  • Théry T, Kanturski M, Favret C. 2018. Molecular phylogenetic analysis and species delimitation in the pine needle-feeding aphid genus Essigella (Hemiptera, Sternorrhyncha, Aphididae). Insect Systematics and Diversity, 2(4):1;1-15. DOI: 10.1093/isd/ixy006
  • Théry T, Brockerhoff EG, Carnegie AJ, Chen Rui, Elms SR, Hullé M, Glatz R, Ortego J, Qiao Gexia, Turpeau É, Favret C. 2017. EF-1α DNA sequences indicate multiple origins of introduced populations of Essigella californica (Hemiptera, Aphididae). Journal of Economic Entomology, 110(3): 1269-1274. DOI: 10.1093/jee/tox026


Alexandre LEBLANC

Alexandre a obtenu sa maîtrise à la fin de l’année 2016 sur l’écologie des parasitoïdes (Wikipédia) et hyperparasitoïdes (Larousse) du puceron du soja. Son principal directeur de maîtrise était Jacques Brodeur. Son mémoire est disponible sur Papyrus.

Stagiaires de programmes de maîtrise spéciaux

Sabrina ST-PIERRE travaille actuellement sur une maîtrise en biologie quantitative et computationnelle.
Zachary BÉLISLE travaille actuellement sur une maîtrise en biologie quantitative et computationnelle.
Mehdi OUAZZANI TOUHAMI a reçu une maîtrise en environnement et développement durable en 2022. Son stage de recherche, effectué l’été et l’automne 2021, était sur la diversité des diptères de la famille Phoridae capturés dans des pièges aspirateurs dans les Laurentides. Il les a trié et identifié, il a fait des analyses de diversités alpha et bêta temporelles, et il a validé ces identifications morphologiques avec des séquences d’ADN.
Vincent LESSARD a complété une maîtrise en biologie quantitative et computationnelle en 2018. Pour le faire, il a effectué deux stages de recherche au sein de notre laboratoire. En premier lieux, il a étudié la diversité alpha et bêta des insectes de la forêt laurentienne. Ce travail a contribué a un bel article dont Vincent était parmi les auteurs. Pour son deuxième stage, Vincent a modélisé et cartographié la répartition de certaines espèces d’odonates au Québec. Dans ce context il a contribué a un jeu de données importantes qui a été publié en 2020.